outils pour diriger

Comprendre pour agir

Pour conforter ou enrichir votre boite à outils avec :

André Uzan

Ancien universitaire

Créateur d’entreprise

Référencer, promouvoir, monétiser son blog Référencer, promouvoir, monétiser son blog

 

Manager un blog conduit à rencontrer les grands problèmes de toute entreprise : trouver le moyen de mieux satisfaire un besoin ; faire connaître et adopter ce moyen ; viser à en retirer les ressources nécessaires à la survie et, si possible, à la croissance du blog.

Dans le cas d’un blog, cela veut dire éditer un contenu utile à des prospects, optimiser le référencement de ce contenu, le promouvoir aux yeux des prospects, en retirer un revenu (le « monétiser »).

Cet article ne reprend pas complétement ces quatre questions. Il ne traitera pas de l’édition de contenu qui a déjà fait objet de plusieurs articles de ce blog (voir la liste plus bas). Il ajoute des informations à ce qui a déjà été présenté sur le référencement et la promotion (voir la liste plus bas) et  aborde la « monétisation » pour la première fois.

 

  1. Référencer.

Optimiser le référencement d’un site ou d’une page n’est pas une affaire de mots-clés mais de qualité du contenu édité, de qualité du service rendu au visiteur, qualité perçue via les liens et échanges que chaque site est capable d’établir avec les autres, internautes ou blogueurs.

On édite pour conquérir une audience, des prospects, une autorité, une capacité d’influence dans un domaine donné. Le référencement ne fait que traduire le résultat de ces efforts… à condition de faciliter le travail d’évaluation du moteur de recherche.

Comme on l’a montré dans l’article « Référencement et marketing de contenu », les critères de Google, par exemple, ont évolué et tiennent, aujourd’hui, fortement compte de la fréquence et de la qualité des liens qu’un site établis avec l’extérieur. Et dans ce domaine, Google recourt aux notions d’”Authority” et de “Hubs”, notions illustrées par le schéma ci-dessous:

Authority, Hub

Source : quicksprout.com

« L’Authority » traduit la fréquence et la qualité des liens entrants non sollicités, c’est-à-dire la fréquence à laquelle un site est cité comme référence et la qualité du « citeur ». Le « hub » traduit la fréquence et la qualité des liens sortants, c’est-à-dire les sources citées et leur qualité.

Optimiser son référencement conduit donc à développer les trois types d’actions suivantes :

1.1. Actions internes au site

-Bien choisir son nom de domaine pour qu’il évoque la promesse faite au lecteur.

-Soigner la présentation de chaque édition en précisant le titre, et le résumé (« méta description »).

-Choisir le mot (ou l’expression) clé(e) principal(e) de chaque présentation qui doit figurer dans le titre (une fois), dans la méta description (une fois) et dans le contenu (plusieurs fois). La concurrence sur les mots-clés incite à retenir plutôt des expressions, celles qui sont utilisées par les visiteurs d’un site ;  malheureusement, cela oblige le plus souvent à payer cette connaissance (Search Console de Google Analytics n’en donne gratis qu’une très faible partie).

-Faire des liens vers d’autres pages connexes du site : pour éviter le « duplicate content », que Google pénalise et pour indiquer le degré d’exploration d’un domaine.

-Développer les échanges avec ses visiteurs sur votre propre site. Encourager les visiteurs à s’exprimer sur le site visité, leur répondre complétement et honnêtement  et établir le dialogue.

1.2. Actions de promotion sur les réseaux sociaux.

Comme on l’a montré dans l’article « Conquérir des prospects en ligne gratis »,  tout éditeur de contenu, doit être présent et actif sur les plаtеs-fоrmеѕ ѕосіаlеѕ générаlіѕtеѕ et рrоfеѕѕіоnnеlleѕ, en particulier là où se concentrent ses principaux clients et prospects.

Les objectifs de cette activité sont doubles : attirer et conquérir des prospects ; mais aussi connaître les centres d’intérêts et préoccupations des prospects, les avis des clients ;  échanger avec eux, voire co-concevoir avec eux, etc.

Notons qu’il est devenu nécessaire d’être présent et actif sur Google+. Google déclare ne pouvoir donner une réponse pertinente aux utilisateurs de son moteur de recherche que s’il connaît mieux ces utilisateurs via leurs activités sociales sur Google+.

1.3. Rechercher d’autres liens externes de qualité

 1.3.1. Publier sur des sites faisant autorités dans son domaine (« Guest Blogging »).

C’est un excellent moyen de promotion et de référencement mais difficile à réaliser car il faut trouver les sites possibles et faire accepter son article par le site de son choix.

On peut trouver les sites possibles via les sites suivants : par exemple : http://feedly.com/i/discover/sites/ ou sur http://www.alexa.com/siteinfo ; ou via Google avec la requête « sites acceptant le guest blogging en France » ou via Google+ avec la requête « guest post » site [domaine] ».

On peut connaître les statistiques relatives à tel site (voir par ex. http://www.infowebmaster.fr/statistique.php) et avoir le classement d’un site sur le plan de la qualité via http://www.prchecker.info/ .

On peut ainsi proposer son article aux sites choisis qui pratiquent le «Guest Blogging » ou tenter sa chance auprès des autres.

1.3.2. Tenter d’obtenir une citation dans un site de référence.

L’exemple-type est l’article écrit par un blogueur pour ses propres lecteurs mais qui faire référence à un site prestigieux ou valorise un site prestigieux et ses lecteurs. Il importe alors de faire connaître cet article au site prestigieux dans l’espoir qu’il cite à son tour l’article en question.

 

  1. Promouvoir

Aux deux types d’action de promotion classiques que sont l’activité « non publicitaire » sur les réseaux sociaux et le recours aux emails, il faut ajouter les deux autres types suivants : relation avec certains blogueurs et réalisation d’éditions spéciales.

2.1. La relation avec les blogueurs leaders d’opinion

Dans chaque domaine d’expertise, ils y a quelques blogueurs leaders très influents, des références visitées et citées par beaucoup et donc de vraies « caisses de résonance » pour la promotion. Il faut chercher à les repérer, obtenir leur attention et leur aide, éventuellement une citation ou un lien, voire une collaboration.

2.1.1. Dresser la liste de blogueurs influents.

Tout blogueur finit plus ou moins rapidement par savoir quels sont les blogueurs leaders dans son domaine. On peut aussi recourir aux résultats des moteurs de recherche (par exemple :

http://fr.labs.teads.tv/top-blogs/marketing   http://www.webmarketing-conseil.fr/les-meilleurs-blog-marketing/  http://blog.comexplorer.com/6-influenceurs-web-que-vous-ne-pouvez-pas-rater-en-2016) et obtenir les informations souhaitées sur les contenus, auteurs, newsletters, etc.

2.1.2. « Conquérir » un blogueur influent.

La stratégie qui s’impose, ici, est de reconnaître le leadership de son interlocuteur et de l’aider à exercer son influence, ce qu’on pourrait résumer par « jouer le petit frère », en choisissant parmi les moyens suivants :

– Questions et commentaires pertinents sur les posts du blogueur ;

– Envoie de questions et commentaires par email ;

– Signalement de la publication d’un document portant sur le blogueur, ses écrits, ses lecteurs, etc.

– Signalement ou envoie d’un article écrit par soi-même sur la base des travaux du blogueur influent.

– Etc.

2.2. La réalisation d’une édition spéciale. 

L’édition spéciale pertinente est nécessairement propre à la situation où se trouve le blogueur ;  c’est au fond la création d’un produit plus ou moins innovant, susceptible de rendre service aux blogueurs ou « suiveurs » d’un domaine ;  un service nouveau ou une meilleure solution à un problème.

Listons ce qui se pratique actuellement le plus souvent :

-des palmarès ;

-des livres blancs et e-books ;

-des infographies sur tel domaine ou secteur.

-des programmes de formation.

-des sondages et études utiles aux éditeurs ou aux auditeurs d’un domaine.

Ce type de travail, souvent diffusé gratuitement, manifeste l’expertise de l’auteur et contribue à sa notoriété. Il sert aussi de moyen privilégié de collecter des emails utiles à la monétisation.

 

  1. Monétiser

C’est la difficulté majeure pour tout blogueur individuel et petite équipe, experts réputés mis à part, et une difficulté qui reste très importante même pour les gros blogs.

Pour ce premier article sur ce sujet, nous nous contenterons de lister les sources possibles de revenus et de présenter les revenus d’un blog plutôt gros et d’un petit blog.

3.1. Vente d’adhésion ou d’abonnement.

Les avantages (informations, formation, mises en relation etc.) doivent être particuliers et valoir le prix de l’adhésion ou de l’abonnement. Il peut y avoir une modularité des prix et des niveaux d’accès aux  ressources. C’est la pratique des revues de gestion, par exemple.

Des logiciels sont disponibles pour automatiser la gestion (par exemple : Social-ink.net ou Paypal).

3.2. Vendre de contenu à la demande.

On peut choisir de vendre un produit à un prix donné ou une gamme de produit à différents prix.

La définition des premiers produits et prix exige la réalisation d’essais (enquêtes, tests, etc.) et de promotion (email, posts dans les réseaux sociaux, etc.), ainsi que le recours à la gratuité initiale.

Une fois bien comprises les contraintes de la commercialisation et repérés les bon moyens de promotion, on peut progressivement construire sa gamme de produits.

Voici ce qu’on peut observer dans les cas de blogs qui visent l’information et la formation :

– produit d’entrée de gamme : des articles, rapports, vidéos, début de programme de formation

– produits de haut de gamme : des ebooks, des forums, des webinaires, des formations, du coaching.

Chaque produit ou gamme de produit exige de mettre au point un processus de vente :

– faire savoir avec échantillons, références et descriptifs via différents medias ;

– système de réception et de traitement des réactions des prospects ;

– système de relance des prospects intéressés ;

– système d’offre nouvelle pour les clients.

On notera qu’il faudra, sans doute, au début,  donner tout ou partie du produit gratuitement en échange d’adresses mail et d’avis ; et qu’on devra renforcer la confiance de l’acheteur en offrant des services « après-vente » adaptés.

3.3. Recourir à affiliation.

Voici un exemple pour comprendre : Amazon propose à tout animateur de site et, par exemple à X,  de choisir un des produits qu’Amazon commercialise (par exemple, un livre) et de le promouvoir auprès de ses propres visiteurs. Pour tout achat réalisée chez Amazon par un visiteur de X utilisant un lien spécifique, X perçoit une commission pouvant aller jusqu’à 12%.

Le vendeur est l’affilieur, l’éditeur de publication est l’affilié et pour les deux acteurs la motivation est financière. On peut solliciter un affilieur (Amazon, Fnac, etc.) ou recourir à des plates-formes d’affiliation qui gère la relation entre affilieurs et affiliés ; par ex. Adsense (programme d’affiliation de Google), Tradedoubler, Zanox, ClickBank (vente de livres numériques).

Affilieur et affilié se cooptent parce qu’ils vendent des produits complémentaires. L’affilié peut réaliser l’annonce ou utiliser le matériel ad hoc de l’affilieur et ne faire que la promotion.

3.4. Recourir au sponsoring.

Le nombre et les caractéristiques des visiteurs d’un blog sont, ici, les déterminants principaux.

L’initiative peut venir du sponsor ou résulter de la recherche du blogueur ; elle aboutit à un échange de financement du site (par ex : abonnement) contre la promotion par le blogueur de l’offre du sponsor.

S’il veut bénéficier du sponsoring, le blogueur doit le faire clairement savoir sur son blog et préparer le dossier nécessaire à la décision du sponsor. Il peut aussi rechercher les sponsors avec qui établir une relation bénéfique pour tous ou s’adresser à des plates-formes qui relient les acteurs (par ex. http://www.digisponsor.com/  http://www.sponsoweb.com/ )

3.5. Recourir à la publicité

On ne fera, ici, que citer les deux types principaux de publicité en ligne, réservant à un article prochain une présentation plus complète du sujet.

3.5.1 Les annonces publicitaires.

Elles sont souscrites par des entreprises ou des personnes auprès des régies publicitaires et diffusées en ligne via des blogs, etc. C’est ainsi, par exemple, que GoogleAdwords vend des campagnes publicitaires par mots-clés et Google Adsense diffusent les annonces via les blogs, ces derniers étant rémunérés au clic sur l’annonce.

3.5.2. Les articles sponsorisés

Ce sont des articles commandés par des régies publicitaires ou des entreprises, articles écrits pour soutenir une campagne donnée. L’accord des parties est nécessaire sur le thème de l’article à écrire et la rémunération du blogueur. Voir par exemple, la régie https://www.seedingup.fr/  ou  https://www.rocketlinks.net

3.6. Quelque revenus de blogueurs français.

Dans ce domaine, on ne peut trouver que quelques informations sommaires mais qui livrent deux indications essentielles :

-Il est rare qu’un blog dépasse 10.000 € par mois et la plupart génèrent entre 500 et 2000 € par mois.

-C’est la vente de produits propres qui est la source principale des revenus les plus élevés.

Voici l’exemple d’un blog qui génère plus de 2000 € par mois (« ConseilsMarketing.fr »)

Ses principales sources de revenus sont les suivantes :

-la vente de produits (ebooks) et services (formation) : 47% ;

-les annonces Google Adsense : 25% ;

– l’affiliation : 22%.

-Voici l’exemple d’un blogueur sur le développement personnel après 9 mois d’efforts (« vie-explosive.fr »)

-Vente de liens : 60€ / mois

-Affiliation : de 5 à 60€ / mois

–Publicité au clic : environ 8€ / mois

-Articles sponsorisés : 0 à 130€ /

 

On peut chercher à vivre de son blog et on cite quelques blogueurs qui en vivent très largement. En fait, le plus souvent le blog n’est qu’un des moyens pour un expert de promouvoir son expertise ; la vente de livres, de conseils, de produits propres, etc. peut générer des revenus mais c’est la vente de l’expertise, l’intervention chez un client, qui constitue le vrai objectif, la vraie source de revenus.

Cet article fait suite à « Conquérir des prospects en ligne gratis »et « Conquérir des prospects en ligne en payant »

Les sources principales de ces articles sont deux guides édités par un conseil en webmarketing américain :   https://www.quicksprout.com/the-beginners-guide-to-online-marketing/

et https://www.quicksprout.com/the-advanced-guide-to-content-marketing/

Pour mieux comprendre ou compléter ces articles, on peut parcourir les articles suivants de la rubrique Marketing :

-Le marketing de contenu.1 et 2

-Référencement et marketing de contenu

-Manager la diffusion sociale de son produit

-De la publicité à l’e-promotion

Aucune reproduction, ne peut être faite de cet article sans l’autorisation expresse de l’auteur ».  A. Uzan. 30/01/2017

Votre avis sur cet article serait précieux! N'hésitez pas à le donner ci-dessous, même sommairement

Pas d'avis actuellement

Soyez le premier à laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *